Chevrolet Traverse 2018 : entre avant et après… la transformation est énorme!

Souvenez-vous : il y a dix ans, GM était au bord de la faillite. Depuis, l’ascension ne cesse de surprendre — eh oui, même nous, les blasés! Si vous aussi voulez prendre toute la mesure de ce qu’est devenu le constructeur depuis son premier Chevrolet Traverse 2009, montez à bord du Chevrolet Traverse 2018…

Il en aura mis du temps, le Chevrolet Traverse, pour se refaire une beauté. Il a mis presque une décennie, au grand dam des concessionnaires qui voyaient les VUS concurrents se réinventer — et deux fois plutôt qu’une. Toutefois, ça aura valu la peine d’attendre, parce qu’il y a maintenant dans les salles d’exposition de Chevrolet de quoi se mettre sérieusement en… travers du chemin, même des canons que sont les Honda Pilot et Toyota Highlander.

Justement, parlant de Toyota : ne trouvez-vous pas que le style moderne, plus macho et nettement plus franc du Chevrolet Traverse 2018 se rapproche du design adopté par le concurrent japonais?

Avec cette silhouette moins urbaine, le VUS américain a le mérite d’enfin coller à ses intentions tout-terrain. Et à ce sujet, bonne nouvelle : au-delà de l’air, il y a désormais la chanson. Ça commence par le nouveau dispositif de transmission intégrale qui permet la sélection deux ou quatre roues motrices, mais aussi Off-Road. Parfait pour passer d’une propulsion moins gourmande en carburant à celle qui vous déterre du pétrin, d’une simple molette à manipuler à la volée.

Presque un Land Rover?
De fait, pour un peu et l’on se penserait dans un Land Rover. Euh… pas tant que ça, quand même. Du moins, pas pour notre livrée essayée (LT), avec ses sièges en tissu industriel et son habitacle sobre. Il faut aussi dire qu’il reste quelques plastiques rigides de la génération précédente, mais ils ont le bonheur d’être mieux dissimulés et, surtout, d’être assemblés « su’a coche », comme on dirait à Québec.

Alors que la génération précédente souffrait d’une insonorisation médiocre (je n’avais jamais entendu autant la garnotte revoler dans des puits de roue!), la cabine du nouveau Traverse se prend pour une bibliothèque — et c’est là l’une de ses grandes, grandes qualités.

Autre pas de géant vers la modernité pour l’utilitaire américain : au lieu d’égarer ses occupants dans une surenchère de commandes qui détruit toute volonté, voilà que le Chevrolet Traverse se présente comme l’un des véhicules les plus conviviaux de l’heure. On saute à bord, les contrôles se trouvent en quantité intelligente et là où on les attend, on apparie son cellulaire ou mieux encore, on confie la tâche aux systèmes Android Auto et Apple CarPlay…

… et hop! l’apprivoisement s’effectue en un rien de temps. Un exploit, en cette ère technologique que le Traverse embrasse, à l’instar de tous ses cousins GM, avec l’Internet WiFi 4G LTE. Si vous n’avez pas encore découvert l’importance de la chose, dépêchez-vous de lire ce que, déjà en 2015, on vous disait à propos de l’avenir des produits Chevrolet.

Toujours aussi spacieux
De toujours, le Chevrolet Traverse a au moins su bien faire une chose : transporter toute votre cargaison — et plus encore. En conservant des dimensions extérieures presque similaires à celles de la génération antérieure, le VUS 2018 continue d’être parmi les plus spacieux, même lorsque sa 3e rangée est occupée. En effet, quelque 651 litres d’espace de chargement peuvent héberger toutes vos boîtes Costco derrière le dossier — c’est une fois et demi ce que propose le Toyota Highander. On aime particulièrement le rangement sous le plancher qui, maintenant qu’il a triplé, peut servir à quelque chose.

Notez cependant — et allez savoir pourquoi — que le volume de chargement derrière la première rangée est en chute de 15%, désormais à 2 789 litres. Par contre, n’appelez pas votre mère pour autant, ça reste quand même toujours plus que pour le grand cousin Chevrolet Tahoe!

En s’étirant de 5 cm, l’empattement fait de grands gagnants aux places centrales : ils profitent de 6% supplémentaires d’espace aux genoux. Croyez-nous, il est rare qu’un constructeur puisse clamer si importante amélioration concernant l’habitabilité…

Les bonzes de Chevrolet vantent par ailleurs, pour la 3e rangée, le plus grand dégagement aux jambes de la catégorie. À notre avis, c’est toutefois le dégagement réservé aux têtes qui impressionne à cette banquette la plus reculée. Oh, et aussi le fait que pour y accéder, on n’a plus à respecter les standards du guide alimentaire, merci au nouveau système Smart Slide

Sur la route
Sur la route, quossé ça donne? Un véhicule qui conserve ses attributs, voire sa vocation première de confort, mais dont la suspension autrefois si mollassonne s’est avantageusement affirmée. Pas de surprise là : on a dit adieu à l’architecture Lambda, pour adopter la plate-forme C1XX, partagée avec le Cadillac XT5.

Côté motorisation, c’est un tout nouveau V6 de 3,6 litres qui se glisse sous le capot et qui produit 305 chevaux. C’est non seulement une vingtaine de poulains en sus (avec toujours un couple de 266 lb-pi), mais cela maintient le Chevrolet Traverse en tête de sa catégorie, côté puissance.

Grand, grand bond vers l’avant pour la boîte de vitesses : on passe d’une automatique six rapports qui n’aimait pas quand on la bousculait à une boîte qui passe un tiers plus de rapports, dans une harmonie totale et sans heurt. De quoi donner des leçons à Jeep, qui n’a pas la boîte automatique neuf rapports aussi heureuse…

Ajoutez à cela le système d’arrêt-démarrage qui fait s’éteindre le moteur lors des immobilisations plus ou moins prolongées et… désolée, mais on n’a pu conduire suffisamment pour conclure à une cote de consommation ou à une autre.

La plus belle qualité de conduite du nouveau Chevrolet? Sa direction. Bien qu’elle passe à l’ère électrique, elle s’est joliment précisée. Non seulement elle accorde (enfin!) la communication nécessaire avec la route, mais elle le fait avec une attitude qui nous donne à penser que l’on conduit plus petit. Le rayon de braquage s’est amélioré d’un demi-mètre (maintenant à 11,9 mètres), mais les manœuvres serrées en stationnement sont devenues si aisées, que l’on a l’impression qu’il s’est réduit du tiers.

Oh, pour ceux qui tractent des roulottes ou, pour être de saison, des remorques remplies à ras bord de bûches pour le chauffage, sachez que la capacité du nouveau Chevrolet Traverse bronche à peine. Sauf qu’elle… le fait vers le bas : la limite est dorénavant fixée à 5 000 lb (2 268 kg), soit 200 lb de moins qu’auparavant.

Combien?
Parce que le Chevrolet Traverse 2018 arrive sur le tard au party des utilitaires sept ou huit places, il serait ici trop long de vous énumérer tous les gadgets et systèmes de sécurité qui viennent s’ajouter à une offre jusqu’à présent, disons les vraies choses, bien peu concurrentielle.

Laissez-nous simplement vous dire qu’elle est révolue, l’époque de la clé de Chevrolet Traverse qu’il faut insérer dans le contact (vive le démarrage à bouton-poussoir!), que le régulateur de vitesse intelligent est enfin de la partie et que les alertes de toute nature sont au rendez-vous — sur la version la plus haut de gamme.

Et voilà qui nous amène à vous parler de prix. Celui de base (version LS à traction) reste à peu près au même niveau, soit à 36 790 $. Ensuite, difficile de comparer, puisque les niveaux d’équipement ne se ressemblent plus. Cela dit, la version qui devrait s’attirer le plus grand nombre d’acheteurs devrait être la LT à transmission intégrale, celle essayée, qui débute à 44 090 $.

Dans la foulée de tous ces autres concurrents qui se sont découvert suffisamment d’options pour créer une version encore plus haut de gamme, le Chevrolet Traverse 2018 entend rejoindre les 60 390 $ avec sa nouvelle variante High Country — voir notre remarque plus haut concernant les gadgets de sécurité.

Et est-ce parce que le constructeur n’a pas voulu demeurer en reste de la tendance qui pousse des moteurs quatre cylindres même dans les plus gros véhicules? Toujours est-il qu’il promet un Chevrolet Traverse RS (comme dans… sport) pour plus tard cette année, avec un organe turbo de 2,0 litres pour 255 chevaux et un couple de 295 lb-pi. Toutefois, comme le rouage intégral ne lui sera pas compatible, nous ne saurions trop vous dire de ne pas l’attendre, celui-là…

Fiche d’évaluation

Modèle à l’essai Chevrolet Traverse 2018
Version à l’essai n.d.
Fourchette de prix 34 895 à 58 495 $
Prix du modèle à l’essai n.d.
Garantie de base n.d.
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Options n.d.
Concurrents Buick Enclave, Cadillac SRX, Cadillac XT5, Dodge Durango, Ford Explorer, GMC Acadia, Honda Pilot, Hyundai Santa Fe, Infiniti QX60, Mazda CX-9, Nissan Pathfinder, Toyota Highlander
Points forts n.d.
Points faibles n.d.

Par Nadine Filion